An Aesthetic of Infinitude : A feminine movement artist’s perspective regarding post-pornography

Sydney, AU, 2015

«On peut faire l’expérience de l’infinitude en tant que pratique du mouvement qui émerge, s’ancre, et prend expansion à partir/au travers de l’espace/temps, du corps et de l’esprit. Et l’expérience démontre qu’elle peut être également vécue comme une pratique de mouvement d’ouverture extrême du féminin.»

Lors de son séjour artistique Infinitude Antipodale, Geneviève a participé en tant que panéliste à une conférence internationale accueillie par le National Institute for Experimental Arts et tenue au Département d’Art & Design à la University of New South Wales les 5 et 6 février 2015 (Sydney, Australie). Profondément mue et fascinée par l’infini[tude] propre au mouvement dansé depuis sa recherche de 2012 en France, son questionnement faisait écho à la thématique de la dite conférence, soit Aesthetics After Finitude Conference ///\\\ Exhibition. Elle y a ainsi présenté un exposé -dont a été soulevé par plusieurs le caractère hautement féministe- intitulé An Aesthetic of Infinitude : A feminine movement artist’s perspective regarding post-pornography, et ce, dans le cadre du panel Sneaking up on the Thing-Itself : Practical Approches to Infinitude. 

LecturePortrait Enseigne

Crédit photos: Christophe Brand